Transitions communication responsableTransitions communication responsable

par Transitions

Quelle place occupent les énergies renouvelables dans la production d’électricité en France ? La réponse pourrait tenir en un chiffre : 15 % 15%, c’est encore peu mais ce n’est pas rien. L’hydraulique est à elle seule la deuxième d’électricité devant le thermique classique. L’autre question qui vient immédiatement à l’esprit, au vu du potentiel exceptionnel et des moyens techniques dont dispose la France, est pourquoi ce chiffre ?
Avant de dresser un panorama des énergies renouvelables en infographie, nous nous proposons d’interroger les raisons du développement certes honorable mais encore modeste de celles-ci sur le territoire national.
.

Le baromètre des énergies renouvelables électriques d’Observ’Er donne des éléments de réponse à ce qu’on pourrait appeler des freins au développement des filières renouvelables. Globalement, les raisons en sont davantage législatives et réglementaires que techniques ou dans une moindre mesure économique.

La France s’est fixée des objectifs en terme de développement des énergies renouvelables dans le cadre de la stratégie Europe 2020. Elle vise à porter à 23% la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie à l’horizon 2020.
Cette politique de développement se décline en sous objectifs par filière s’exprimant en puissance installée (cumul des megawatts installés). Pour le photovoltaïque les objectifs 2020 en terme de puissance installée sont de 5400 megawatts(1). Fin 2013, la puissance connectée au réseau atteignait déjà 4500 megawatts(2). Le solaire photovoltaïque, qui a connu une croissance fulgurante à partir de 2011 (près de 90% de croissance annuelle moyenne), a vu chuter de manière non moins impressionnante sur 2013 son taux de puissances nouvellement connectées. Cela pour la raison que la France a choisi de piloter le développement de la filière photovoltaïque de façon à s’en tenir aux stricts objectifs 2020. Concrètement cela s’est traduit entre autres par la fin d’un moratoire sur les prix d’achat de l’énergie d’origine solaire. Ainsi les rémunérations ont fortement diminué pour se stabiliser à un niveau 4 fois inférieur à celui d’avant période moratoire(3). Les prix d’achat et les chiffres d’affaires ont si vite décliné que cela a entrainé une importante destruction des emplois directement liés au secteur. Observ’ER fait état de 13 000 postes détruits depuis 2010(4).

L’hydraulique, filière la plus ancienne et la plus solide des ENR françaises, connait elle aussi pourtant quelques incertitudes quant à son développement. Notamment sur le volet des contrats d’achat de fourniture d’électricité. 2012 a vu la fin de la période 15 ans des contrats d’obligation d’achat H97 dont dépendaient deux tiers des petites installations hydrauliques. Le renouvellement de ce type de contrat est possible mais à des conditions très précises et très encadrées par la réglementation européenne.

Autre exemple : l’éolien asphyxié de toutes parts par les contraintes réglementaires. Deuxième source d’électricité renouvelable, l’éolien affiche néanmoins un taux de croissance à la baisse depuis 2011.
La loi Grenelle 2 avait rendu plus complexe, moins accessible, le développement d’une exploitation éolienne. En effet le Grenelle 2 a été à l’origine de nouvelles procédures préalable à l’ouverture d’un parc éolien : l’obligation d’installer un minimum de 5 mâts par site, d’obtenir une autorisation ICPE et ainsi que celle de construire dans les zones de développement éolien (ZDE). Afin de redynamiser la filière l’obligation des 5 mâts et les ZDE ont été finalement supprimés en 2013. On finira sur cette note d’optimisme en souhaitant qu’à l’instar de la loi Brottes d’autres initiatives législatives qui facilitent le développement des ENR voient prochainement le jour.

Excellent début d’année à tous !

Infographie Electricite renouvelable en France_Transitions copie copie

 

Nous mettons à votre disposition l’infographie au format pdf. Si vous souhaitez également recevoir l’infographie en grand format image, écrivez-nous à contact@agence-transitions.com, nous vous l’enverrons par mail.

(1),(2),(3),(4) source : Baromètre des énergies renouvelables électriques 2013, Observ’ER

Transitions
À propos Transitions

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Les énergies renouvelables électriques : quelle place dans le mix énergétique français ?