Transitions communication responsableTransitions communication responsable

par Transitions

Le 30 novembre prochain s’ouvrira à Paris la 21° édition de la Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique. Les internautes n’ont pas attendu le début des négociations pour se saisir du sujet et en débattre sur les réseaux sociaux. Comment échangent-ils autour de la COP21 ?
Linkfluence et TWBA Corporate ont crawlé le web social et analysé plus d’un million de posts relatifs à la COP21 sur le 1° semestre 2015. L’étude se nomme La COP21 vue par le web social et fournit des données intéressantes sur les réactions des twittos face aux différentes politiques de communication menées par les acteurs économiques et institutionnels. L’information majeure de l’overview, à notre sens, est la sectorisation et l’étanchéité des conversations. On y apprend que « les communautés et les sphères sont imperméables avec des publics et des territoires d’expression spécifiques ».

 

LES ACTEURS LES PLUS MENTIONNÉS SUR LES CHANGEMENT CLIMATIQUES

Les échanges s’organisent en effet autour de 4 pôles conversationnels sur les changements climatiques. Chacun associé à une typologie d’acteurs bien spécifiques, présentés ici par volume de mentions décroissant :

LA SPHÈRE DU PROBLÈME
Les causes du changement climatique arrivent dans les top topic de la COP21 sur Twitter. Les producteurs d’énergie et les entreprises du transport (Areva, Total, EDF, Air France, … ) sont associés aux origines du problème « alors qu’ils se positionnent en tête parmi les acteurs qui proposent des solutions » en terme de volume de publications. Les twittos en parlent en des termes négatifs : « risque sanitaire », « émissions de gaz à effet de serre », « greenwashing », etc. Total (24100 conversations) et EDF (14400 conversations) recueillent le plus mentions relatives au greenwashing, suivies de Renault, Areva, Sncf, Veolia, Suez Environnement, Engie et Altsom. Par ailleurs, EDF sponsor critiqué de la COP21, se retrouve au centre du débat autour de la politique énergétique française.
Blog-COP21 social producteur d'énergie

LA SPHÈRE DU CONSTAT
Les institutions internationales (Giec, …) et les ONG expertes (Réseau Action Climat, Greenpeace, …) sur les questions climatiques sont associées au monde du constat. Sans surprise. Nombre d’entre elles publient sur un mode plutôt neutre des faits scientifiques avérés ou appellent au réveil des consciences en prenant acte des réalités de la situation.

LA SPHÈRE DES SOLUTIONS
Les conversations autour des solutions convergent vers les modes de consommation. Les entreprises de la nouvelle économie, en particulier les startups et pure players de la consommation collaborative, sont identifiés comme acteurs du changement. « Blablacar voit ses communautés échanger sur les solutions apportées par son modèle en matière d’innovation ou de services ». Les followers de Vélib’ conversent autour des « impacts positifs » sur « le paysage urbain » de la pratique et aussi de « son impact énergétique ». De manière générale, de nombreuses mentions relatives aux acteurs de la nouvelle économie se rapportent au champ lexical de l’activité : « projet », « réseaux », »travail », « entreprise », « développement », etc.
Blog-COP21 social consommation collaborative

LA SPHÈRE DES CONSÉQUENCES
Les  internautes se réfèrent volontiers au au monde politique et institutionnel lorsqu’il s’agit d’évoquer les conséquences concrètes des changements climatiques (pollution, émissions, particules, GES).

 

LES INFLUENCEURS QUI PARLENT LE PLUS DE LA COP21

Par ailleurs, Linkfluence et TBWA dressent un panorama des influenceurs, qui prennent le plus la parole sur la COP21 sur Twitter. Il en ressort quelques informations qu’il est intéressant de mettre en perspective avec les perceptions des internautes.

LES ENTREPRISES
Engie, EDF et Véolia sont les entreprises françaises qui communiquent le plus sur la COP21. On relève donc un décalage entre la part de voix très forte des producteurs d’énergie au sein de l’entreprenariat français et leur perception plutôt négative par les twittos évoquée plus haut.

LES PARTIS POLITIQUES
On observe un clivage politique net autour de l’évènement. EELV, PS et le Front de Gauche sont les partis politiques les plus actifs sur Twitter. La droite en revanche est relativement absente du débat sur les réseaux sociaux.

LES INSTITUTIONNELS
La sphère institutionnelle est dominée par un clivage géographique. Les influenceurs semblent se concentrer en région parisienne avec en tête la Ministre de l’écologie. Les collectivités locales sont très peu présentes sur Twitter.

LES ONG
La Fondation Nicolas Hulot, les Amis de la Terre, le Réseau Action Climat figurent parmi les organisations non gouvermentales les plus mobilisées.
Blog-COP21 social influenceurs

 

LE CHAMP LEXICAL DE LA COP21 SUR TWITTER

Le vocabulaire institutionnel de la COP21 orienté solutions n’est pas repris sur les réseaux sociaux. Les échangent se focalisent davantage sur les problèmes comme évoqué plus haut. Le « gaspillage alimentaire » occupe une place de premier plan dans les conversations alors qu’il est beaucoup moins présent au niveau institutionnel. Le mot « infographie » ressort également témoignant d’une appétence des internautes pour ce format ludique et pédagogique.
.
Blog-COP21 social mot twitter

L’étude La COP21 vue par le web social est consultable sur slideshare.

Transitions
À propos Transitions

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

La COP21 des réseaux sociaux